_01-03-2019

Préambule


L'errance advient. Et l'avant, que l'on s'en souvienne ou pas, n'y prépare en rien, ni ne l'explique.
Le préambule, signifiant de l'antérieur, emprunte à la trace et au souvenir un autre possible aux parfums fantasmés de la survivance, pour qui en douterait légitimement. La fatalité appartient aux vivants, elle est sa fouille, son terrain.

_1. Ainsi soit, il, l'invariable connu.
Unité de la multitude, il, est le lieu de vie du groupe qui l'habite, et ce groupe même, âme résidant du lieu dit. Habité habitant, habitant habité. Il, dialectise les oppositions du même. Il, se double. Il, est schizophrène onaniste hermaphrodite anthropophage autochtone. Il, s'auto-suffit, s'auto-flagelle, s'auto-consomme, s'auto-consume, s'autocratise. Parfois petit, parfois grand, il, peut aussi se faire peu ou beaucoup, et se dire beau. Il, fait partie de lui (même), avec une belle et haute estime. Il, porte le vivant au point de s'y confondre, loin des pouvoirs caméléon, parce que il, se fourvoie dans son propre état d'êtres. Infectieux, multiple, hybride, grouille, parasite, il, s'ouvre et se referme sur lui-même, cligne et vacille.

_2. Elle, la variable inconnue, noctiflore, s'offrant la nuit... (?)


PS :
S'il peut y avoir un après l'écrit, l'errance, elle, en est toujours dépourvue.


 

 
 

 


 

Social Buttons