Articles in Category: blog

_16-05-2016

Le langage a cette faculté de pouvoir exprimer des inepties dans des formes d'excellences qui n'y laissent rien paraitre, emportant l'adhésion quasi-unanime d'une population bien pensante aux prétentions surévaluées d’accession à une classe supérieure. Réciproquement une expression pauvre (le plus souvent pragmatique), peut tout à fait signer l'intelligence, à la différence que celle-ci ne trompe personne peut-être parce que sans prétention.
Est-ce à dire que les formes de l'intelligence sont trompeuses ?

 


 

_10-05-2016

Insatiable.

Il aurait fallu que je nourrisse ta tristesse, que je l'aime à t'en rendre heureuse, pour qu'ainsi je ne te suffise plus.

 


 

_01-05-2016

Faire une introspection par retrospection est amusant mais peu utile en fin de compte. Car si elle permet à posteriori de cerner les projections que l'on a pu faire, c'est pour mieux souligner les signes de mauvaises introjections qui nous conduisent à la répétition de gestes selon des schèmes fatalement irréversibles. Il vaut donc mieux en rire.

 


 

_14-04-2016

Face à l'histoire, le fatalisme de l'après, ou la tragédie d'une fin de non-recevoir.

Je ne sais pas bien oú se situe la pensée du monde aujourd'hui, la critique, le débat politique, l'action sociale, l'art. Les questions de fond sont évacuées et toute action neutralisée.
Ne statuer que sur la forme induit forcément un retour temporel, d'où la redite, la parodie, les considérations passéistes voire réactionnaires, et autres positions nostalgiques. C'est une tragédie, seconde nature de la répétition selon Deleuze - la première, en tant que farce, s'est achevée me semble t il complètement par hasard avec la fin de la guerre froide (une pensée en passant à Orwell inventeur du terme, ce n'est pas rien !). Face à l'histoire, nous butons sur le fatalisme de l'après, ou la tragédie d'une fin de non-recevoir.
Quelles sont les issues ? Comment échapper à la menace permanente de "l'éternel retour" ?
Penser l'histoire dans le cadre d'une phénoménologie de l'echec ?
Construire un État fort en relation avec une société civile libre ?
Qui pense encore le fond aujourd'hui en dehors de toute considération formelle ?

 


 

_10-03-2016

Tentative d'évitement, ou la mélodie de mésententes.


Déjà des corps sont tombés. Chevilles foulées, sommeil gagnant, temps incertain, marathon des corps, démunis désespérés accrochés soutenus l'un contre l'autre, déprimés, en crise, ils tentent de survivre dans la danse. Ne pas craquer. Subsister.
A la fin des années 20, aux Etats-Unis, les corps se serrent, c'est la Grande Dépression, avant le krach, le peuple a faim. L'on invente le Marathon de danse. Une compétition durant laquelle des couples s'affrontent en dansant le plus longtemps possible. Le couple vainqueur gagne. Une centaine de dollars. Les autres concurrents se verront servi une soupe chaude. Subsister.

Subsister encore, dans une tentative d'évitement, sur une mélodie de mésententes.

Ainsi ce hasard qui poursuit, leitmotiv de nos rencontres, séjourne, en fantôme dans mon esprit, furtif impalpable surgissant. La rengaine en corps fébrile, danse, sur la mélodie de mes attentes.

 

http://www.youtube.com/watch?v=XXvDZzaThsc

http://www.youtube.com/watch?v=yc6P-54Ydvo

 


 

_13-02-2016

Si selon James Joyce l'absence est la forme la plus aboutie de la présence, alors face à moi-même je crois bien être arrivé à une forme d'aboutissement.

 


 

_22-01-2016

MER

Verbe (1er gr.)

 

je me

Tu mes

Il (elle) me

Nous mons

Vous mez

Ils (elles) ment

 

Participe présent : mant

Participe passé : mé, més, mée, mées

 

Exemples :

Elles me ment d'autant plus que je les me.

L'on se noie, à mer précipitamment.